Les principales vitamines se trouvent dans l’alimentation saine !

Les principales vitamines se trouvent dans l’alimentation saine !

Mange, il y a des vitamines ! Vitamines, secrets de la peau douce, des dents de loup, du tonus, des cheveux durs, que ne dit-on pas de vous ! Certes, tout cela est vrai, mais les vitamines ne sauraient être prises comme une médecine, un remède indépendant d’une recherche générale de la santé par une meilleure hygiène alimentaire.

Les vitamines ne sont pas des corps mystérieux, à l’action magique. Ce sont des substances bien définies, indispensables à l’équilibre vital. Elles joueraient même un rôle important dans la synthèse organique des hormones et des enzymes. Le besoin en vitamines est absolu, mais en fait, les quantités nécessaires sont minimes. Normalement, une nourriture équilibrée devrait suffire à assurer une ration suffisante.

Les carences en vitamines

C’est l’apport régulier et harmonieux qui vous maintiendra en pleine forme. La surcharge vitaminique considérée comme une thérapeutique miracle n’a pas de sens. Il peut-être dangereux d’amener massivement une vitamine artificielle isolée. L’action d’une vitamine de synthèse n’est absolument pas comparable à celle de la vitamine naturelle agissant en liaison avec d’autres, et dont les molécules sont liées à celles d’un végétal. Le vitamines ne sont à considérer ni comme toniques généraux ni comme des reconstituants. L’idéal est d’être si bien en forme que l’on n’ait pas besoin de remontant.

L’erreur vient de ce que le mot vitamine avec tout ce qu’il sous-entend de vertus, éclipse le mot synthétique.

Ne forçons pas sur telle ou telle vitamine.

Sans doute s’agit-il de vitamines synthétiques, mais, toutes proportions gardées, il n’est pas nécessaire de forcer la ration de crudités dont l’excès est parfois mal supporté, en particulier, par les mangeurs de viande. Le plus important n’est pas d’intégrer les vitamines, mais de les assimiler.

C’est pourquoi il faut savoir, par exemple, que tant que l’on utilise des conserves l’emploi de fruits frais destinés à pallier leur carence en vitamine C ne sert pas à grand chose.

Un autre cas : L’acide salicylique pourrait empêcher l’acide panthoténique (groupe B) d’agir. Le blanc d’oeuf, utilisé parfois en grande quantité dans certaines pâtisseries, et huile de paraffine peuvent nuire à la transformation du carotène en vitamine A. Il est apparu aussi que certains médicaments peuvent entraîner des avitaminoses.

Donc, autant de raisons pour lesquelles un végétarien ne souffrira pas de carence en vitamines. D’ailleurs, celle-ci provient moins du déséquilibre alimentaire théorique que du mode de préparation, de lavage et de cuisson des aliments raffinés (farine, pain, riz décortiqué). Tout les aliments blancs sont privés, en grande partie, des substances vitales.

Si certaines vitamines plus fragiles sont surtout détruites par la cuisson, d’autres sont très sensibles à l’action du temps, de la lumière et de l’air. Les fruits et légumes que vous consommez doivent être les plus frais possible. mangez-les de préférence le jour même de l’achat.

Le saviez-vous : Destruction de la vitamine C

La vitamine C est la plus fragile de toutes, car sa destruction commence à 60°C en milieu alcalin. Comme elle est soluble dans l’eau, si vous faites tremper et ensuite bouillir des épinards, vous ne mangez que du cadavre inerte de vitamine morte. De plus, l’oxygène détruit la vitamine C. Pensez donc à râper ou éplucher les crudités juste avant de les consommer.

Les excès en vitamines

Les vitamines sont des corps actifs et par conséquent, il ne faut pas vouloir pousser de son propre chef la consommation de l’une par rapport aux autres, sous peine d’en subir des répercussions générales.

Contrairement à ce qu’on lit parfois, il existe des relations certaines entre elles. Par exemple, la vitamine B 1 peut détruire la vitamine PP et provoquer le pellagre si elle est prise à haut dose.

Un excès de vitamine A peut bloquer le mécanisme rénal de réabsorption de la vitamine C et, par là, amener à une carence de cette dernière. Seul un médecin est habilité à prendre la décision d’administrer des suppléments massifs.

Le mieux est de ne pas avoir besoin d’en arriver là, grâce à une alimentation équilibrée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *